header
Si vous naviguez avec Internet explorer 7-8 ou 9 il se peut que ce site ne s'affiche pas correctement, cliquez dès lors, sur l'onglet "outil" de votre navigateur et ensuite sur "affichage de compatibilité"

Liens rapides


Accueil
Album photos
Château de Warfusée
Chemin du Tram
Circuit de l'Ecureuil
Circuit du Lièvre
Circuit du Renard
Le Tumulus
Les Hameaux
Cafés-Restaurants-Brasseries

contact

newsletter

Ce site est optimisé pour le navigateur Firefox. Sécurisé, fiable et rapide, Firefox est gratuit est simple à installer.

Firefox


Sentier du Renard

1. Château de Warfusée

Eglise de Saint-Georges centreLe château et le domaine de Warfusée marquent profondément le paysage de la commune de Saint-Georges. Le parc, les terres et les bois s'étendent sur plusieurs centaines d'hectares. Il est l'héritier d'un immense domaine médiéval. Le château actuel date cependant de 1755. Il est l'actuelle propriété de la famille d'Oultremont de Wégimont de Warfusée. L'un des plus illustres représentants de cette famille originaire de Warnant fut le Prince Evêque Charles-Nicolas d'Oultremont (1716-1771) qui se servit de ce château comme résidence d'été.

Après avoir pris un chemin entre deux rangées de hêtres séculaires, on entre dans le château par une tour porche reconstruite en 1720. La cour d'honneur du château accueille quelques dépendances en pierres grises. La résidence proprement dite est de style Louis XV et a été reconstruite sous la direction de l'architecte de Hermalle, Jean Gilles Jacob. Elle accueille quelques belles pièces comme la chambre du Prince Evêque, des salons et un boudoir, tous décorés avec goût. Le château est néanmoins une demeure privée qui  se visite exclusivement par groupes à certaines occasions.

2. La ferme du Château

Ferme du Château Chaque demeure seigneuriale est généralement accompagnée d'une ferme qui en assure l'intendance. Le quadrilatère de la ferme du château a été reconstruit en 1766. Un portail en anse de panier sert d’entrée. De part et d'autre de ce porche, deux bâtiments très symétriques abritaient d'une part le maître et sa famille et d'autre part les ouvriers saisonniers. La ferme fut construite avec des briques fabriquées sur place. L'extraction de l'argile donna lieu à un creux qui en se remplissant d'eau donna naissance à un étang (comblé aux environs de 1950).

La famille d'Oultremont exploitait également du charbon. On n’est pas très loin du sillon industriel de la Meuse. Un puits d'extraction se trouvait près de la route d'Engis, un autre derrière la ferme du château.

3. L′ Ecole du Préau

Ecole du PréeauConstruite en 1830, elle est actuellement reconvertie en résidence. Elle fut à ses débuts tenue par des religieuses. En effet, en 1833, elle est tenue par les Sœurs de Saint Vincent et cela jusqu'en+1852. En 1878, elle est tenue par Les Dames de laSainte Union. Elle devient une école communale en 1875. Elle ferma ses portes en 1956 et ses classes furent transférées à l'Ecole Moyenne, aujourd'hui Athénée Royal.

4. Le Presbytère

Il faisait également partie du domaine de Warfusée. C'est le comte qui payait le chapelain. Actuellement, c'est une jolie propriété au pignon en escalier crépi de blanc.Le Presbytère

Au rond point, devant le château, prendre la route direction Engis et longer la propriété de la ferme du château. Après le mur, entrer dans le bois des Gattes à droite, en prenant le sentier.

Le circuit traverse les bois du «Parc» et descend vers le ruisseau du Vieux Logis qui prend sa source à Stockay et se jette dans la Meuse à la Mallieue. Son cours inférieur est canalisé.

On traverse la route qui rejoint La Mallieue. On continue dans le bois Jusqu'à l'aire de repos. On prend la rue des « Gorliers» dont le nom provient de «Gorii» qui signifie bourrelier et on atteint le quartier du Tige. On passe devant l'ancienne chapelle Saint André qui fut érigée en 1956 mais qui n'est déjà plus un lieu de culte. On prend à gauche puis quelques mètres plus loin, on emprunte un sentier asphalté à droite.

5. Le quartier du Tige

Le quartier du Tige Le mot " tige " est déjà utilisé au Moyen Âge. Il désignait un chemin creux peu praticable bordé de talus herbeux. Au XIXe siècle et au siècle dernier, le quartier du Tige était très différent du reste de la commune. C'était un quartier populaire et ouvrier, très peuplé.
Cette population se répartissait dans un dédale de ruelles et travaillait dans les mines et les carrières locales. On les surnommait les «cwerbas» (corbeaux) peut-être à cause de leurs vêtements et de leurs visages noircis par la poussière du charbon. S'il est vrai que les gens vivaient pauvrement, leur solidarité était cependant légendaire.
On retrouve encore des traces de cet habitat ouvrier dans quelques petites maisons qui n'ont presque pas subi de transformations.

Quand on arrive devant une propriété, on continue le chemin vers la gauche jusqu'à la rue de la Baume qu'on prend à gauche. On la quitte un peu plus loin à gauche pour prendre ensuite à droite. On arrive alors à une aire de repos.

6. Rue de la Baume

CarrièreUne baume est une sorte de salle souterraine souvent formée dans une galerie d'extraction. Dans cette partie du village, de petites exploitations minières virent le jour mais furent éphémères car le charbon y était de mauvaise qualité. Derrière la piste de pétanque, s'élève un terril boisé. Autrefois, il était surmonté d'un aérien qui y amenait les déchets carriers du siège de la société Dumont Wautier à la Mallieue. Lors de la construction du chemin de fer dans la vallée de la Meuse, beaucoup d'habitants allèrent travailler dans les usines du bassin industriel de Liège. Ils empruntaient la rue de la Baume puis le chemin de la Boulade (remplacés aujourd'hui par un site d'extraction) pour se rendre à la gare de Hermalle. Un gisement du Mésolithique fut également découvert dans ce hameau. Les pièces recueillies sont actuellement visibles au musée archéologique communal de Saint-Georges.

7. Coin du mur

stockayCet endroit était la limite de l'enceinte du parc du château. Ce mur datait de 1600 et passait dans la partie gauche du tige. On retrouve encore quelques éléments dans des murs et des fondations plus anciennes comme au 17 de la rue Joseph Wauters.

8. Stockay

stockayOn traverse le centre de Stockay. Le mot germanique "stock " signifiait souche. Le hameau se présente actuellement comme assez dense. Au XIXe et au début du XXe siècle, il avait une physionomie plus rurale. Une campagne, la campagne Boxus, occupait l'actuelle place publique (Place Th. Douffet). Le centre du village était pratiquement inoccupé. Le " haut Stockay " était le cœur de la vie sociale et économique du village. C'était le quartier où se trouvaient l'église, l'école, les commerces et les cafés et où quelques industries (forge, moulin et brasserie) prospéraient.

9. La Bourse

bourseCette voirie avec celle du " Coin du Mur " était assez urbanisée et elle doit son aspect à la famille Lecrenier dont l'ancêtre Arnold était originaire des Awirs.
Il vint s'installer dans cette rue et fit construire l'Ecole du coin du mur en 1892. Son entreprise de construction prospéra grâce à l'appoint de ses 4 fils et de sa fille. Ils formaient une bonne équipe.

Un des fils s'occupait des transports et du commerce du charbon. Deux d'entre eux furent menuisiers et le dernier architecte amateur et comptable préposé aux ventes et aux achats.

Ils firent construire près de 650 maisons dont 125 à leur compte. La rue de la Bourse doit son nom à une maison de style Renaissance mosane, où ce nom était gravé et daté de 1674. Il se peut qu'à cet endroit on payait un droit de passage entre les seigneuries d'Hermalle et de Warfusée.

10. Un fonds humide

SentierOn passe à côté des sources du ruisseau de la Macrâle qui se jette dans le ruisseau de Flône, petit affluent de la Meuse. La rue Basse Marquet était jadis un endroit marécageux. « Basse » serait à prendre au sens du mot wallon flaque qui pouvait parfois vouloir dire mare. « Marquet » serait le nom d'un habitant de ce lieu.

11. La ferme et la campagne de la Sarte

la SarteLa ferme daterait de la fin du XVIIIe siècle. Ses bâtiments joignaient jadis un moulin à farine. Le nom de "sarte " (et à l'essartage qui a suivi) qu'on attribue à la ferme et son terroir, fait évidemment allusion aux défrichements. Après la traversée de cette campagne, au 3/4 du chemin, on prend le chemin de droite pour rejoindre le hameau de Yernawe qui tire son nom de la rivière Yerne, affluent du Geer, qui y prend sa source.

12. La ferme de l′Abbaye de Saint-Jacques

Ferme St JacquesYernawe était un ancien alleu indépendant de la seigneurie de Warfusée. Appartenant au domaine primitif du chapitre de Saint Lambert, il fut donné par l'évêque à l'abbaye bénédictine de Saint Jacques pour permettre sans doute à celle-ci de compléter le domaine nécessaire à la subsistance de ses moines. Les terres du village furent donc en grande partie cultivées à partir d'une grange puis d'une ferme. Le porche-colombier qui sert d'entrée à l'exploitation est surmonté d'une pierre calcaire, millésimée 1664et frappée aux armes de Gilles de Geer, ancien abbé de Saint-Jacques. La ferme est un de ces vastes quadrilatères composés d'un corps de logis, d'étables, d'écuries et d'une grange monumentale. Une ancienne chapelle jadis dédiée à notre Dame et incorporée jadis à la ferme a malheureusement disparu. Contrairement aux cisterciens, les moines noirs prévoyaient dans leurs fermes un bâtiment pour assister aux offices.

13. Le tumulus et la chaussée romaine :

le tumulusLe hameau de Yernawe est aussi un lieu riche en vestiges historiques et archéologiques. La chaussée romaine Tongres-Arlon, le traversait. En bordure de celle-ci s'élève un imposant tumulus de 20 m de hauteur et de 50 m de diamètre. Il est surmonté d'une chapelle construite au XIXe siècle et dédiée à Saint Donat qu'on priait pour se protéger de la foudre et à la Sainte Trinité qui protégeait des maux de tête.

Le tumulus et la ferme de l'abbaye de Saint Jacques sont légèrement en dehors du circuit. Si on veut se rendre au premier, on suit la rue de Yemawe et à la chaussée verte on tourne à droite. Le tumulus est dans le virage à gauche dans un petit chemin. Si on veut voir la ferme abbatiale, en rebroussant chemin vers le circuit, on tourne à gauche par la rue du Château d'Eau.

On reprend le circuit et on passe devant la ferme du Warihet. Après la rue du Warihet, on contourne une propriété et on se retrouve dans la rue Bida qui fait partie du GR.579. On rejoint alors par le sentier la drève du château de Warfusée.

14. Le Warihet :

ferme du WarihetLa ferme du Warihet a un portail surmonté des armoiries de la famille Favereau et mil 1701. Le nom de Warihet nous renseigne sur le type de terrain qu'on traverse. Les waréchaix, wérixhas ou warihet sont souvent des terrains vagues, des mauvaises terres, qu'on laisse à la communauté rurale pour la pâture du bétail.

Après la rue du Warihet, on contourne une propriété et on se retrouve dans la rue Bida qui fait partie du GR.579. On rejoint alors par le sentier la drève du château de Warfusée.

15. La Drève :

ferme du WarihetOn suit alors la drève qui, plantée de 214 platanes, est une allée d'honneur menant au château de Warfusée. C'était un lieu de promenade très apprécié au siècle dernier.
L'allée était couverte de cailloux blancs et bordée de pelouses régulièrement fauchées. Un berceau planté de charmes et agrémenté de bancs y constituait un agréable lieu de repos. Une grille en fer forgé soutenue pardes piliers en calcaire agrémentait cet endroit.
A la fin de l'allée, on peut voir les ruines de l'ancienne église de Stockay. Construite en 1834 par le comte Emile d'Oultremont, ambassadeur de Belgique à Rome, elle était dédiée à Saint Emile. Elle renfermait les reliques de Saint Julien et de Sainte Aurélie dont le pape fit présent à la famille d'Oultremont. Lors de la désaffection de l'église, on transféra ces reliques dans la chapelle du château

On rejoint le château de Warfusée, point de départ et d'arrivée de notre parcours.

Recherche rapide
(Tapez un mot clé dans la case ci-dessous)

Traduction



Contact
Tél : +32 (0)4/259.92.50
Fax : +32 (0)4/259.41.14

info@saint-georges-sur-meuse.be

contact
lundi, mercredi, : de 8h à 12h et de 13h à 16h30

jeudi de 13h à 16h30

mardi : de 8h30 à 12h et de 13h à 19h

Vendredi : 8h30 à 12h30

rue Albert 1er 16

4470 Saint-Georges-Sur-Meuse

Plan d′accès

planacces
Agenda
Cliquez sur l'image pour voir tout l'agenda agenda
Photos


bulletin communal mars 2017 saint-georges-sur-meuse

centre culturel

MJ

saint georges tv



Facebook Saint-Georges

cculturel bibliotheque maison des jeunes eeward 2016



 
Compteur Global
sur les pas du dragon galipette maison habitat durable
one police StGeorgesTV
assg tendea